Projet de doctorat – 2.2 Caractéristiques des Loan Exhibitions – 2.2.7.3 Étude de cas de l’aspect collectif: Les artistes

Entre 2011 et 2019, j’ai travaillé sur un doctorat interuniversitaire en histoire de l’art. Je place ici le brouillon de ma thèse. Vous pouvez consulter le plan complet du projet et une description de mon parcours. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un brouillon.


GRAPHIQUE 23 Participation des artistes aux « Loan Exhibitions ». Nombre d’oeuvres prêtées par des artistes

2.2.7.3 Les artistes

Nous avons recensé 79 artistes prêtant des œuvres aux « Loan Exhibitions » (Annexe 6). Ce nombre inclut les professionnels et les amateurs, même si la frontière entre les deux catégories n’est pas toujours claire1. Toutefois, il est évident que les pratiques de Napoléon Bourassa et William Notman s’inscrivent dans la première. De la même manière, une peinture du Christ réalisée par une jeune fille de treize ans situe sa créatrice dans la seconde2.

Ensemble, ces personnes prêtent 447 œuvres (Tableau 22)3. Ces artistes sont surtout présents avant 1880, soumettent majoritairement leurs propres créations qu’ils mettent en vente et contribuent à la diversité des supports exposés.

La participation des artistes se réalise surtout avant l’ouverture de la galerie permanente au Square Phillips en 1879 (Graphique 23). Deux raisons principales expliquent cette dynamique, soit la participation d’artistes issus de la Society of Canadian Artists avant cette date et l’organisation des « Spring Exhibitions » à partir de 1880.

Toutefois, après cette date, des artistes continuent de prêter des œuvres aux « Loan Exhibitions ». En 1898, Adolphe Jongers y déplace des vases et des sculptures tirés de sa collection4. En 1914, le peintre Robert Harris et l’architecte William Sutherland Maxwell sont au nombre des prêteurs5. À ces deux occasions, les œuvres ne sont pas mises en vente. À l’inverse, en 1900, Horatio Walker met en vente ses peintures et aquarelles6. Sur l’ensemble du corpus, environ la moitié des œuvres prêtées par les artistes sont mises en vente (Tableau 22).

Leur participation contribue aussi à la diversité des supports. En effet, elles enrichissent les expositions de photographies, de gravures et de miniatures. À titre d’exemple, Alexander Henderson, William Notman, Thomas C. Doane et un photographe nommé J. Martin exposent une vingtaine de clichés en 1865. Ils sont tous de leur main, sauf un7. William Notman contribue également un ensemble de ses photographies reproduisant des aquarelles de Charles Jones Way8.

Il ne faudrait pas croire que les collectionneurs prêtent des supports nobles comme la peinture à l’huile et que les artistes se contentent de supports moins nobles comme la photographie. Ainsi, le marchand Thomas D. King contribue une photographie d’une toile de Raphaël, une femme identifiée comme Miss Lyman adopte une démarche similaire avec Léonard de Vinci et le courtier S. Jones Lyman soumet des vues du Colisée et de ruines romaines9.

Lorsque les artistes prêtent des peintures, il s’agit presque toujours de leurs créations. Napoléon Bourassa, Robert S. Duncanson, Adolf Vogt et William Raphaël procèdent de cette façon en 1865.

La caractéristique collective des « Loan Exhibitions » superpose les stratégies d’exposition de prêteurs, qu’il s’agisse de collectionneurs ou d’artistes. Les « Loan Exhibitions » ne sont pas que le lieu d’une valorisation de collections privées, même si cet élément s’y trouve. Elles ne servent pas qu’aux artistes qui désirent rejoindre des clients, même si cette dynamique est présente.

Les exemples donnés jusqu’à maintenant permettent d’illustrer la complexité de ces événements où des motivations individuelles se réunissent dans un effort collectif supervisé par l’AAM. Ils permettent aussi d’éviter de les réduire à quelques archétypes.

Cette diversité collective s’accroît lorsqu’on considère les marchands, les institutions et les prêteurs ne vivant pas à Montréal.

ANNEXE VI
Liste des artistes professionnels et amateurs qui prêtent des œuvres durant les « Loan Exhibitions »
Armstrong, William W.
Bacon, George
Beard, William Holbrook
Bell-Smith, Frederic Marlett
Bellows, Albert Fitch
Bierstadt, Albert
Bird, Harrington
Bissette, (Miss)
Boisseau, Alfred
Bourassa, Napoléon
Bradbury, G. E.
Braubach, Ida
Brown, H. B.
Brown, William Mason
Coleridge, (capitaine)
Cresswell, William Nichol
Cropsey, Jasper Francis
Doane, Thomas C.
Duncan, James D.
Duncanson, Robert S.
East, Alfred
Eaton, Wyatt
Edson, Allan
Fowler, Daniel
Fraser, John A.
Fraser, William L.
Goulier, Kate de
Grant, (Mr.)
Hancock, H.
Harris, Robert
Henderson, Alexander
Holmes, (Miss) E.
Hopkins, Frances Anne
Hutichison, Alex. C.
Jacobi, Otto R.
Jacomb-Hood, G. P.
Jongers, Adolphe
Lawford, Frederick
Lawford & Nelson (architectes)
Lloyd, (Mrs.)
Logsdail, William
Lorenz, William F.
MacArthur, James
Martin, J.
Maxwell, Edward
Maxwell, William Sutherland
McCallum, Andrew
Millard, Charles Stuart
Mitchell Bros. (photographes)
Murphy, John
Murray, (Mrs. E.)
Notman, Robert
Notman, William
Notman and Sandman (photographes)
Powers, J. S.
Raphaël, William
Reed, R.
Reid, Robert
Rimmer, Alfred
Sandham, Henry John
Sawyer, William
Scott, Thomas S.
Sitworth, (Mrs.)
Smith, Joseph
Snow, W.
Soho, F.
Solomon, Solomon J.
Sontag, William Louis
Storer, Charles
Thackwell, (Mrs. Colonel)
Thomas, Cyrus Pole
Thompson, (capitaine)
Vogt, Adolf
Walker, Horatio
Watts, George Frederick
Way, Charles Jones
Weston, James
Windeyer, Richard C.
Windeyer & Savage (architectes)


TABLEAU 22 Participation des artistes aux « Loan Exhibitions ». Nombre d’oeuvres prêtées selon le support, l’année d’exposition et la mise en vente

1 Puisque la frontière entre les deux n’est pas toujours claire, certains cas ont été traités selon le contexte.

2 En 1865, « Miss Bessette » prête The Dead Christ. L’entrée du catalogue au numéro 117 apporte la précision suivante : « Painted by a young lady, aged 13 years ». AAM1865.

3 Nous avons inclus dans cette statistique certains prêts réalisés probablement par les artistes, mais sans documentation formelle à cet égard. Certains ensembles de photographies ne sont comptabilisés qu’une seule fois alors qu’ils sont composés d’éléments multiples. Nous renvoyons le lecteur ou la lectrice à nos notes méthodologiques en annexe pour des précisions.

4 Sa contribution est constituée de sculptures par Alfred Bouchard, Georges Gardet, François Raoul Larche et Félix Voulot ainsi que de vases par Jules Desbois et C. J. Vibert. AAM1898 cat.80-82, 84-92.

5 Robert Harris prête une aquarelle de sa main intitulée Little Gossips (cat. 55). Celle de William S. Maxwell est réalisée par Henri Martin et s’intitule Inspiration (cat.59). AAM1914.

6 Voir cat.51-65. D’autres peintures et aquarelles d’Horatio Walker sont également mises en vente par le marchand new-yorkais W. E. Montross (cat.66-70). Deux collectionneurs de New York, George A. Hearn et A. T. Landen, prêtent quatre peintures sans les mettre en vente (cat.71-74). Lors de cette exposition, trois œuvres sont vendues, deux par l’artiste (cat52 et 60) et une par le marchand Montross (cat. 70).

7 Il s’agit d’un portrait par John A. Fraser prêté par William Notman, classé parmi les photographies. Il pourrait s’agir d’une photographie peinte.

8 Copies from C. J. Way’s Sketches, AAM1865 cat.29.

9 Thomas D. King prête une photographie de Healing of the Lame Man par Raphaël (cat.3, section photographies), Miss Lyman contribue Supposed Head of Our Saviour par Léonard de Vinci (cat.18, section photographies), S. Jones Lyman présente The Coliseum et Ruins in Rome (cat.20 et cat.21, section photographies). Voir AAM1865. L’expression « Miss Lyman » identifie peut-être Hannah Lyman, directrice de l’école Côté à Montréal. En 1865, elle sera à la tête du Vassar College de Poughkeepsie (New York) où William Notman photographiera les étudiants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.