Média

J’ai commencé à m’intéresser aux médias lors de mon baccalauréat à l’Université de Montréal (1994). À la session d’hiver 1992, j’ai suivi le cours COM1600 – Communication et média de masse. Au fil de la décennie suivante, les expériences les plus diverses dans cette discipline se sont multipliées, de la contribution à Montréal Campus à la création de sous-titres chez Covitec/Technicolor.

Article paru dans Montréal Campus, vol. XVI, no. 14 (semaine du 20 mars au 2 avril 1996), p. 14.

D’une manière plus professionnelle, j’ai passé plusieurs années au sein de la compagnie de monitorage de médias Verbatim. D’abord entré comme transcripteur bilingue, j’ai ensuite aidé à monter les revues de presse quotidiennes. Surtout, pendant trois ans, j’ai travaillé à temps plein comme moniteur des médias électroniques. Mon travail consistait à écouter les principales émissions d’information montréalaises à la radio et à la télévision puis à les dépouiller pour la clientèle d’affaires. Il va sans dire qu’une telle expérience aiguise le sens critique.

Au tournant du millénaire, un saut a été réalisé vers les nouveaux médias. Ce vocable désuet désignait surtout les médias issus de l’Internet. Évidemment, mon expérience la plus importante durant cette époque est la cofondation de Recettes du Québec. Inauguré en mars 2000, mon travail sur le site gravitait autour de l’administration, de la programmation informatique, de la rédaction de contenu et des communications. À son apogée, le site comptait 3500 recettes et accueillait environ un million de visiteurs uniques mensuellement. Il a été vendu en 2006 à Médias Transcontinental.

Page d’accueil (2004)
Visite à la ferme Nidotruche afin de rédiger un profil du terroir québécois, 2004
Le Devoir, 5 juillet 2006, page B-4

Il n’est pas étonnant qu’en 2007, au début de mon parcours en histoire de l’art, les médias aient occupé une place importante. Ainsi, entre 2007 et 2013, j’ai animé un blogue sur les arts visuels dans la ville de Québec. Naïf au début, il s’est amélioré avec le temps. Après une lecture dirigée sur la critique d’art réalisée avec Marie Carani, j’ai commencé à y publier des critiques plus sérieuses. Ce développement lui a permis d’être cité comme projet d’étudiant-chercheur par la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’Université Laval. Il a aussi rendu possible mes invitations aux conférences de presse des principales organisations culturelles de la ville de Québec. Voici quelques-unes des critiques publiées à cette époque :

  • Dans l’intimité des frères Caillebotte. Peintre et photographe au Musée national des beaux-arts du Québec, 14 octobre 2011, disponible ici
  • William Brymner. Peintre, professeur et confrère au Musée national des beaux-arts du Québec, 16 décembre 2010, disponible ici
  • Humanitas de Caroline Hayeur chez VU Photo, 9 décembre 2010, disponible ici
  • Inventaire d’une vie avant liquidation de Paul Lacroix chez Lacerte art contemporain, 27 novembre 2010, disponible ici
  • Symposium de Baie-Saint-Paul, 19 août 2010, disponible ici
  • Peintres juifs de Montréal au Musée McCord, 14 avril 2010, disponible ici
  • Consulter la liste des 86 critiques

Aussi, j’ai conçu, animé et mis en ondes une émission radiophonique, La Démarche, sur les ondes de CKIA 88,3 FM en 2009 et 2010. Consacrée aux arts visuels et au patrimoine, elle a permis d’obtenir des entrevues avec des acteurs importants du milieu culturel de Québec. Voici quelques-unes des entrevues réalisées à cette époque:

Ce survol serait incomplet sans une mention de l’encyclopédie en ligne Wikipédia. Sous le nom d’usager Mgquebec, j’ai procédé à environ 3500 contributions, parfois banales, parfois significatives. La plupart du temps, mon bénévolat a consisté à ajouter une section consacrée au patrimoine dans les articles de villages du Québec. Avec des collègues avisées, j’ai également participé à la compétition amicale #1bib1ref #1lib1ref via Twitter, un événement cherchant à améliorer le nombre de sources dans les articles. Enfin, j’ai téléversé quelques images dans Wikimedia Commons.

Exemple d’une contribution à Wikipédia: la section consacrée au patrimoine de l’article Kinnear’s Mills