Projet de doctorat – 2.2 Les caractéristiques des Loan Exhibitions à Montréal entre 1860 et 1914 – 2.2.3 Uniques

Entre 2011 et 2019, j’ai travaillé sur un doctorat interuniversitaire en histoire de l’art. Je place ici le brouillon de ma thèse. Vous pouvez consulter le plan complet du projet et une description de mon parcours. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un brouillon.


GRAPHIQUE 3 Caractéristique unique des « Loan Exhibitions ». Nombre d’oeuvres par exposition

2.2.3 Uniques

Uniques, elles ne sont pas constituées des mêmes œuvres exposées à tous les vingt mois pendant dix-huit jours. Au contraire, la répétition est l’exception plutôt que la norme. Ainsi, la grande majorité des objets ne sont exposés qu’une fois (Tableau 2). La peinture The Sheperdhess de Jean-François Millet constitue le cas d’exception le plus important. Elle est associée aux membres de la famille de John Frothingham (1788-1870), important grossiste en quincaillerie montréalais1. Elle est exposée une première fois en 1867 par son fils George Henry Frotingham2. Elle est prêtée par sa fille Louisa Goddard Frothingham en 18783. Sa dernière apparition dans les galeries de l’AAM est réalisée en 18984. À ce moment, elle est associée à l’épouse de George F. Benson, soit la petite-fille du grossiste montréalais née Etheldred Norton Frothingham.

La toile de la famille Frotingham a été exposée sept fois sur une période de trente-et-une années. Cette distribution dans le temps accentue le caractère unique des « Loan Exhibitions ». En effet, même lorsque les prêts se répètent, ils sont espacés dans le temps. Cette dynamique s’observe pour l’ensemble des œuvres présentées plus d’une fois (Tableau 3). Seules les années 1878 et 1879, moment entourant l’ouverture de la première galerie au Square Phillips, semblent faire exception à cette règle. Toutefois, lorsque le nombre d’oeuvres exposées à plus d’une occasion est rapporté à l’ensemble des objets artistiques, le caractère unique prévaut (Graphique 3). Seule la période entre 1901 et 1902 présente une certaine répétition.

En résumé, les « Loan Exhibitions » regroupent à les fois des œuvres neuves et déjà vues. Lorsque les répétitions existent, elles représentent rarement la majorité des objets exposés et elles sont espacées dans le temps. La réunion de ces éléments nous permet de les caractériser comme étant uniques.

TABLEAU 2 Caractéristique unique des « Loan Exhibitions ». Oeuvres selon le nombre de fois où elles ont été exposées
TABLEAU 3 Caractéristique unique des « Loan Exhibitions ». Apparition des œuvres les plus exposées

1 Voir l’entrée du Dictionnaire biographique du Canada consacrée à John Frothingham.

2 AAM1867 cat.70.

3 AAM1878 cat.49.

4 AAM1898 cat.57.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.