version numérique d'une vie

Étiquette : Edward Black Greenshields

Projet de doctorat – 4.7 La période 1912-1914 – La dernière Loan Exhibition

Entre 2011 et 2019, j’ai travaillé sur un doctorat interuniversitaire en histoire de l’art. Je place ici le brouillon de ma thèse. Vous pouvez consulter le plan complet du projet et une description de mon parcours. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un brouillon.


4.7 La dernière Loan Exhibition de 1914

Une fois déménagée sur la rue Sherbrooke, l’AAM ne semble plus avoir d’utilité pour les « Loan Exhibitions ». L’année 1913 voit les expositions consacrées aux artistes canadiens se succéder. Les expositions du Printemps et des travaux des étudiants occupent leur place habituelle dans le calendrier. L’Académie royale des arts du Canada s’installe dans les salles à l’automne. S’y ajoutent des expositions particulières autour des travaux de Randolph S. Hewton, Alexander Young Jackson, Charles de Bell, John Lyman et Robert Tait Mckenzie.

L’immeuble a peut-être été construit grâce aux généreux dons privés, mais les membres peinent à y exposer leurs œuvres. Pourtant, l’AAM continue de solliciter leur appui afin de régler ses problèmes financiers. Toujours en 1913, l’important endettement incite le conseil à augmenter les coûts d’adhésion d’une manière significative1. Des dons importants permettent à l’association de boucler son budget2.

Projet de doctorat – 4.6 La période 1893-1908 – La Loan Exhibition comme service aux membres, les artistes canadiens et Horatio Walker

Entre 2011 et 2019, j’ai travaillé sur un doctorat interuniversitaire en histoire de l’art. Je place ici le brouillon de ma thèse. Vous pouvez consulter le plan complet du projet et une description de mon parcours. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un brouillon.


4.6 La Loan Exhibition comme service au membres, la place des artistes canadiens et le cas d’Horatio Walker

Avec l’ouverture de la nouvelle galerie, la succession des expositions d’oeuvres prêtées et l’institutionnalisation de l’Exposition du Printemps, la « Loan Exhibition » se transforme en service aux membres. En montrant les nouvelles entrées dans les collections privées, elle continue de s’inscrire dans la mission de promotion des beaux-arts de l’association.

L’exclusion des artistes canadiens

Toutefois, le désir d’accrocher les meilleures œuvres appartenant aux membres dans le cadre des « Loan Exhibitions » écarte les artistes canadiens contemporains. La critique est clairement exprimée en 1895 : «  This exhibition goes to prove that Canadian talent is not appreciated, for out of 83 pictures, there are no Canadians represented. It seems strange with such names as Shannon, Peel, Fraser, Jacobi, Fowler, Bridgeman and many others to select from1. »

Projet de doctorat – 4.6 La période 1893-1908 – Agrandissement de l’AAM

Entre 2011 et 2019, j’ai travaillé sur un doctorat interuniversitaire en histoire de l’art. Je place ici le brouillon de ma thèse. Vous pouvez consulter le plan complet du projet et une description de mon parcours. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un brouillon.


4.6 La période 1893-1908 : Agrandissement de l’AAM

Au début des années 1890, l’AAM se trouve dans une position paradoxale. D’une part, elle se plaint du manque de soutien de la population montréalaise à l’égard de sa mission de promotion des beaux-arts :

The various exhibitions held during the year gave the most gratifying evidence of the large number of fine pictures which are being continually added to the local collections. Montreal is rapidly becoming celebrated for its fine examples of modern art, and may now be classed among the more important art centres. Notwithstanding these encouraging features the Council have still to regret the very narrow circle of those interested in the work in proportion to the city’s population. Art knows no creed, nationality or politics, welcoming all who are interested in promoting her aims. Out of a population of over two hundred thousand, the Association has only five hundred members, and of these only a comparatively small number take an active interest in the work1.

Projet de doctorat – 3.2.5 Une mission éducative qui perdure et qui dépasse les Loans Exhibitions

Entre 2011 et 2019, j’ai travaillé sur un doctorat interuniversitaire en histoire de l’art. Je place ici le brouillon de ma thèse. Vous pouvez consulter le plan complet du projet et une description de mon parcours. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un brouillon.


3.2.5 Une mission éducative qui perdure et qui dépasse les Loans Exhibitions

Cette mission éducative organise l’ensemble des gestes posés par l’association artistique. Elle dure dans le temps. Il ne s’agit pas d’un souhait exprimé en 1860 qui n’aurait pas eu de lendemain. Par exemple, en décembre 1894, le prêt d’une salle au gouverneur général indigne un membre de l’AAM qui rappelle les principes fondateurs de l’association. Il exprime sa colère à l’éditeur du Herald :

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén